Histoire


L’histoire des Carrières de Montdardier

Une tradition plurimillénaire.

Aujourd’hui, l’exploitation de la pierre de Montdardier reprend vie
en s’inscrivant dans la tradition et en valorisant une ressource sous de nombreux aspects.

histoire1-photo

L’origine

L’usage de la lauze sur le Causse de Blandas est attesté depuis le néolithique, c’est-à-dire 3000 ans avant Jésus-Christ. Cette utilisation était principalement destinée à la couverture des toits des premiers Caussenards. Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à l’emploi massif de la tuile en terre cuite à partir du XVIIIème siècle. La lauze servait aussi de pavement pour l’intérieur des maisons, où des grandes dalles rectangulaires étaient installées sur le sol et portaient le nom de « fréjal ».

histoire3-photo

Succès et tradition

La pierre de Montdardier connait un succès important, elle est primée à l’exposition universelle de Londres de 1862 et aux expositions universelles de Paris de 1867 et 1900.
Les pierres sont extraites sur le Causse. Les pierres de surface, moins lisses sont utilisées comme pierre à bâtir, celles qui sont prélevées en profondeur, protégées de la gélifraction sont réservées à la lithographie. Les pierres sont alors acheminées à Avèze pour être conditionnées et envoyées partout en Europe. Cette activité occupait plus de 100 personnes lorsque la pierre de Montdardier connaissait un succès dans le secteur de la lithographie.
L’exploitation de la pierre apparait donc comme une tradition pluri millénaire sur le Causse de Blandas et a apporté, par le passé, prospérité et renommée à la région.

histoire2-photo

Les carrières aujourd’hui

L’exploitation industrielle de la pierre de Montdardier se développe au XIXème siècle avec un usage nouveau pour la région : la pierre lithographique dont le procédé a été inventé en Allemagne en 1796. La méthode reste simple, un dessin est exécuté sur la pierre, l’application de plusieurs procédés permettent de mettre en relief sur la surface calcaire les différentes formes représentées. Pour un dessin polychrome, chaque couleur correspond à une pierre. Pour effectuer ce type de lithographie plusieurs pierres sont donc apposées successivement sur une même feuille de papier.
Aujourd’hui, l’entreprise se développe en investissant dans des machines à scier et tailler. Mais elle conserve la partie manuelle du métier de tailleur de pierre en réalisant toutes les finitions à la main.